/ La fondation de la Pointe-aux-Trembles

La fondation de la Pointe-aux-Trembles

En 1663, la France décidait de s’intéresser sérieusement à sa colonie de la Nouvelle-France. On abolissait le régime des Compagnies et créait le gouvernement royal avec Gouverneur, Intendant et Conseil supérieur. Le système seigneurial, introduit dès 1623, va connaître un nouvel essor avec la volonté de peuplement de la colonie et l’installation des soldats du régiment Carignan-Salières licenciés et des filles du Roy.

Filles du roi

L’île de Montréal devient la seigneurie des Messieurs de Saint-Sulpice ou Sulpiciens qui comme tout seigneur doivent concéder des lots à des censitaires, leur fournir un moulin en échange de cens, rentes et corvées. Après une première pacification éphémère des Iroquois par le traité de 1667, les Sulpiciens concèdent des terres en dehors du bourg de Ville Marie sur la rive sud de l’île. Ici comme ailleurs, les concessions sont faites en longues bandes perpendiculaires au fleuve, seule voie de communication à l’époque.

Terre de Jean Oury

Les premières terres concédées dans le territoire de ce qui sera appelé à devenir la Pointe-aux-Trembles, le sont à partir de 1669. Le site retenu pouvait servir d’avant-poste de défense de Ville-Marie, présentant une excellente fenêtre d’observation sur le fleuve en direction nord-est.  Parmi ces premiers censitaires, on retrouve plusieurs anciens militaires du régiment Carignan-Salières et leurs épouses dont plusieurs sont des filles du Roy. La première terre concédée à l’emplacement du futur bourg le fut à l’intention de Jean Oury dit Lamarche qui devra céder à même son lot l’espace nécessaire à la construction d’un moulin et d’une chapelle.

Témoignant de l’importance du pain dans l’alimentation (1 kilo par jour par personne)  et par conséquent du blé, le moulin sera érigé dès 1671. Ce premier moulin, enduit de crépi, mesurait 28 pieds de hauteur et 51 pieds de circonférence. Ses murs avaient 24 pouces d’épaisseur à la base et 20 pouces au sommet de la tour et étaient percés de deux portes et d’une grande fenêtre, le tout en pin. Ce  moulin érigé au bout de ce qui sera l’actuelle 9e avenue remplissait aussi une fonction défensive puisqu’on y avait ménagé des meurtrières, et il devait servir de lieu de refuge en cas d’attaque.  

Premier moulin

Les paroissiens de la Pointe-aux-Trembles furent moins empressés à construire leur chapelle, laquelle ne fut complétée qu’en 1678. Construite en bois, elle faisait 36 pieds par 24 pieds et aurait été érigée au nord de l’actuelle rue Saint-Joseph, à l’est de la rue Sainte-Anne. Des fouilles archéologiques sont en cours afin d’en retrouver les fondations et les dépouilles de ce premier cimetière pointelier.

La date officielle retenue pour la fondation de la Pointe-aux-Trembles est le dimanche 18 novembre 1674, correspondant à la date officielle de la création de la paroisse de l’Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Trembles et de l’élection des premiers marguilliers Laurent Archambault et François Bots.      

Haut